Twiggy, quelle est son histoire ?

En 1949, Lesley Hornby, rebaptisée plus tard ” Twiggy “, est née à Neasden, une banlieue démodée du nord de Londres, où elle a grandi. A seize ans seulement quand elle a commencé à poser en 1966, elle a introduit le culte du “modèle de la célébrité ” et a laissé un héritage indélébile sous d’autres formes plus significatives. Les modèles des années 1950, tant en Amérique qu’en Grande-Bretagne, ont été stylisés et maquillés pour avoir l’air mûr, sophistiqué et “féminin”, afin de compléter les vêtements à la mode de l’époque. En Angleterre, beaucoup étaient des jeunes femmes de familles respectables qui avaient suivi un cours à l’école de mannequinat et de toilettage de Lucie Clayton à Mayfair. En Amérique, des top models comme Suzy Parker étaient aussi des filles bien soignées issues de la classe moyenne. Les nouvelles techniques photographiques ont permis aux journaux et aux magazines à grand tirage d’imprimer des images de haute couture, et les noms des modèles sont rapidement devenus familiers au public.

Les premiers modèles

Les changements sociaux et démographiques qui ont suivi ont créé un besoin de nouveaux designs et de nouveaux modèles. Les vêtements de Mary Quant pour Bazaar s’adressaient à une clientèle jeune, tandis que le début des années 1960 a vu l’ouverture d’innombrables boutiques à Londres, qui, contrairement à celle de Quant, étaient destinées à des filles aux moyens bien plus limités. Le premier modèle dont l’image reflétait ce climat était Jean Shrimpton. Bien qu’elle ait fréquenté l’école de Mlle Clayton, son succès est le résultat du partenariat qu’elle a formé avec le photographe de la classe ouvrière David Bailey. Les premières photos, qui les ont rendues célèbres, montraient sa jeunesse et son personnage de garçon manqué.

La découverte de twiggy

Lesley Hornby travaillait comme coiffeuse dans un salon près de chez elle quand un homme plus âgé a reconnu la façon dont elle pourrait personnifier le nouveau Londres. Nigel Davies, un ancien boxeur et étalagiste, qui se faisait appeler “Justin de Villeneuve”, changea son nom et transforma son apparence. C’est à sa suggestion qu’elle peignit ses cils sous ses yeux de façon à ressembler à une poupée de porcelaine, et se fit couper les cheveux courts. Le photographe Barry Lategan a pris une photo pour le salon et, par hasard, la rédactrice de mode Deirdre McSharry l’a vue. Dans l’édition de février 1966 du Daily Express, elle a utilisé une page centrale pour présenter le “Cockney Kid ” comme ” le visage de 1966 “.

La carrière de twiggy

Twiggy était plus petite que la plupart des mannequins et posait invariablement de manière à mettre en valeur ses qualités d’enfant. En 1967, elle a été photographiée pour les Britanniques par Ronald Traeger, qui l’a représentée sur un vélo miniature en chaussettes à hauteur de genoux. Cecil Beaton l’a assise sur une haute étagère, et Helmut Newton lui a demandé de sauter vers la caméra les bras tendus. Il s’ensuit un tournage avec Richard Avedon et une reprise pour American en août de cette année-là. A un moment donné, elle a fait douze couvertures simultanément. Comme modèle, elle a été utilisée à la fois par les “glossies” traditionnelles et les nouvelles publications axées sur les jeunes.

Conclusion

Bien que la syndication de son nom à des robes, des poupées et d’autres marchandises lui permette de se retirer du mannequinat en 1969 pour poursuivre une carrière d’actrice et de chanteuse, elle a changé de façon permanente la culture des magazines.

Maintenant, à la déification de la jeunesse s’ajoutait l’idée de la célébrité instantanée, la notion que les barrières de classe pouvaient être transcendées sans douleur, et la poursuite problématique d’un idéal de beauté pré-pubère.