Back to top

Le sel rose de l’Himalaya: bienfaits ou danger?

Le sel rose de l’Himalaya: bienfaits ou danger?

Les produits chimiques toxiques qu’ils soient d’origine humaine ou terrestre, peuvent avoir des effets néfastes sur vos activités et votre santé à long terme.

Vous achetez donc des produits de la plus haute qualité et faites vos recherches pour vous assurer que vous protégez votre famille contre les surcharges toxiques. Et puis un article apparaît dans votre flux Facebook qui vous fait remettre en question vos choix. La nourriture saine que vous mangez est-elle vraiment toxique ?

Beaucoup de lecteurs m’ont posé des questions sur un article qui traite de la toxicité du plomb dans le sel de l’Himalaya.

Regardons de plus près et voyons si c’est vrai ou pas.

FLINT, MICHIGAN À L’ÉCHELLE MONDIALE ? NON.
En 2014, les habitants de Flint, au Michigan, ont trouvé du plomb toxique dans l’eau de leur robinet, avec des niveaux allant jusqu’à 13 000 fois la quantité allouée (qui est nulle pour l’eau potable) dans certaines maisons. Deux ans plus tard, la situation n’a guère changé.

L’article de blog mentionné ci-dessus posait que si 5 parties par milliard (ppb) de plomb sont considérées comme un problème de santé dans l’eau potable, et qu’il n’y a pas vraiment d’exposition sûre au plomb, alors la teneur en plomb du sel rose de l’Himalaya (environ 100 parties par milliard dans une analyse spectrale) est carrément toxique et qu’il est irresponsable de recommander le sel de l’Himalaya comme amélioration du sel de table normal.

L’auteur a extrapolé qu’en consommant du sel de l’Himalaya, vous obtenez en fait “une dose de plomb 20 fois plus importante que celle qui nuit aux habitants de Flint, Michigan”.

LA COURTE RÉFUTATION :
La plupart des compléments minéraux naturels et des aliments contiennent une petite quantité de métaux lourds], mais si votre corps fonctionne bien, vous êtes bien équipé pour les éliminer et tant que vous obtenez vos aliments auprès d’entreprises de confiance qui n’ajoutent pas de contaminants sous forme de plastiques, de métaux lourds, etc. pendant la transformation, vous n’avez pas à vous inquiéter.

Venons-en maintenant aux détails. Voici deux raisons pour lesquelles vous ne devez pas craindre votre sel rose :

1) VOUS N’EN MANGEZ PAS BEAUCOUP
Le plomb est un élément naturel, non seulement dans l’environnement, mais aussi dans notre corps et dans la plupart des aliments que nous consommons. Il est présent dans le sol, dans l’air que vous respirez, et à des niveaux plus toxiques dans les objets fabriqués par l’homme, comme les vieux tuyaux et la peinture produits avant 1978.

En moyenne, vous consommez probablement entre 5 et 10 mcg de plomb chaque jour, dont une grande partie provient des fruits de mer et des aliments cultivés dans des sols à forte teneur en plomb. Les adultes absorbent 3 à 10 % du plomb qu’ils consomment, tandis que les enfants en absorbent beaucoup plus (40 à 50 %). De petites quantités de plomb sont pratiquement inévitables.

Cela ne signifie certainement pas que les métaux lourds sont sans danger. Mais l’analyse spectrale montre que le plomb dans le sel rose est d’environ 0,10 ppm, bien en deçà de la limite légale de 0,50 ppm. Une eau contenant 0,10 ppm de plomb serait un problème énorme parce que vous en buvez quelques litres par jour mais vous ne mangez pas de litres de sel. Vous en mangez probablement quelques cuillères à café tout au plus. Il n’y a pas beaucoup de plomb là-dedans et si vous êtes un adulte, vous n’en absorbez que 3 à 10%.

Cela n’a pas de sens de comparer le plomb dans le sel au plomb dans l’eau.


OÙ LE PLOMB SE CACHE-T-IL ?

Un groupe de chercheurs a examiné les concentrations de plomb de divers aliments dans plus de 14 pays européens. D’après leurs conclusions, il y a du plomb dans le café, la viande, les suppléments à base d’algues, diverses céréales, les sucres, les fruits, les tubercules, etc. De nombreux aliments mis en évidence dans l’étude comme ayant des concentrations de plomb plus élevées sont également des aliments que les gens consomment beaucoup plus que le sel.

LES AVANTAGES L’EMPORTENT SUR LES RISQUES
Avant d’acheter dans le sel rose de l’Himalaya, parlons de quelques-uns de ses bienfaits.

Le sel de l’Himalaya provient d’anciens océans géologiques, qui ne présentent peut-être pas les mêmes niveaux de pollution que les sels extraits de la plupart des océans du monde de nos jours. Le sel de l’Himalaya contient naturellement plus de 84 oligo-éléments, dont le potassium, le calcium, le magnésium, l’iode, le fer et le zinc, entre autres. Le sel de qualité est extrait à la main, sans explosifs, et fait l’objet de tests de contamination.

La teneur en minéraux du sel rose ne change pas grand-chose à la santé, mais c’est un moyen facile d’obtenir des nutriments supplémentaires dans votre alimentation. Les minéraux et autres composés contenus dans le sel non raffiné lui confèrent également une saveur plus complexe que celle du sel de table.

Si vous êtes vraiment inquiet pour le plomb, vous pouvez passer au sel de table, mais cela ne vous fera pas beaucoup de bien. Les fabricants raffinent la plupart des sels de table à haute température, en les débarrassant de tous les nutriments biodisponibles. Ils blanchissent ensuite le sel, et de nombreux fabricants le traitent avec des agents anti-agglomérants .

Le résultat est un concentré de chlorure de sodium pur sans aucun autre minéral.

UNE NOTE SUR LA CHÉLATION DES MÉTAUX LOURDS
L’auteur de l’article sur le sel rose affirme que “les métaux lourds dans votre corps restent à vie … il n’y a absolument rien que nous puissions faire pour éliminer le plomb du corps avec notre sens médical actuel”.

Elle se trompe. La thérapie par chélation consiste à ingérer des composés qui se lient aux métaux lourds et à les éliminer de votre corps. Même la médecine occidentale standard utilise la thérapie par chélation depuis des décennies pour traiter les empoisonnements aux métaux lourds. Si vous pensez avoir une accumulation de métaux lourds, je vous suggère de parler de la chélation à un naturopathe ou à un médecin spécialiste de la médecine fonctionnelle. Il est dangereux de se passer de la supervision d’un médecin mais avec des conseils médicaux, c’est très efficace.

Le coûteux sel de l’Himalaya est présenté comme une panacée. Cependant, un avantage pour la santé par rapport au sel conventionnel n’a pas pu être confirmé jusqu’à présent.

Les faits les plus importants en bref :

Le sel gemme rose, composé à 98 % de chlorure de sodium, contient des traces d’autres minéraux, contrairement au sel de table classique.
Cependant, un effet particulier favorable à la santé n’a pas été prouvé et n’est pas physiologiquement compréhensible, et il ne doit pas faire l’objet de publicité.
En France, le sel enrichi en iode est la meilleure alternative pour de nombreuses personnes, car la population locale n’est pas approvisionnée de manière optimale en iode.
Recommandation générale : toujours utiliser le sel avec parcimonie, pas plus de 6 grammes par jour.
Le sel de l’Himalaya provient de dépôts de sel qui ont été formés par l’évaporation et le dépôt de la mer primitive.

Que se cache-t-il derrière la publicité pour le sel de l’Himalaya ?
Que dois-je prendre en compte lorsque je prends du sel de l’Himalaya ?
Le corps a-t-il besoin de sel de l’Himalaya ?
Que se cache-t-il derrière la publicité pour le sel de l’Himalaya ?
Vous payez beaucoup d’argent pour l’épithète séduisante “Himalaya” : à 4 ou 5 euros le kilo, le sel rose coûte 5 à 10 fois plus cher que le sel de table classique. Le prix plus élevé est justifié par les avantages présumés pour la santé.

Ainsi, différents conseillers et sites Internet font l’éloge du sel de l’Himalaya en tant que remède universel contre diverses maladies, comme la goutte ou l’hypertension artérielle. On dit aussi que le sel a un effet purifiant et qu’il régule l’équilibre acide-base dans le corps.

En outre, il est décrit que le sel contribue de manière significative à l’approvisionnement en minéraux. Pour expliquer ces bienfaits particuliers pour la santé, des déclarations scientifiquement indéfendables sont souvent faites au sujet du “modèle de vibration” spécial ou de l’énergie biophotonique du sel de l’Himalaya, qui est obtenu par extraction manuelle. En contrepartie, le sel de table conventionnel est critiqué et dépeint comme nocif pour la santé, agressif ou toxique.

Toutefois, ces allégations publicitaires n’ont pas été prouvées scientifiquement. Et à l’exception du sodium et du chlorure, les besoins quotidiens en minéraux ne sont en aucun cas couverts par le sel rose. La composition du sel de l’Himalaya est identique à 98 % à celle du sel de table classique. Seuls quelques autres minéraux ont pu être détectés à l’état de traces. La mention “riche en minéraux” viole l’interdiction de la publicité mensongère et la réglementation sur les allégations nutritionnelles.

Le sel de l’Himalaya, comme le sel d’Europe centrale, provient de dépôts de sel formés par l’évaporation et le dépôt de l’océan primordial ; l’histoire géologique de sa formation est la même.

La majeure partie du sel n’est pas extraite dans l’Himalaya lui-même, mais dans des mines de sel industrielles du centre du Pakistan. Dans un arrêt historique, la Cour fédérale de justice (affaire n° I ZR 86/13 du 31 mars 2016) a estimé qu’un fournisseur ne peut pas faire de la publicité avec la mention “sel de la région de l’Himalaya” si le sel provient en réalité de la province pakistanaise du Pendjab, située à 200 kilomètres. Depuis lors, le sel proposé dans les magasins de détail porte généralement la mention “du Pakistan” ou est simplement appelé “sel cristal rose”. D’autres noms incluent le sel primal, le sel du Karakoram ou le sel de Hunza.

Que dois-je prendre en compte lorsque je prends du sel de l’Himalaya ?
La consommation quotidienne de sel, toutes sources confondues, ne doit pas dépasser 6 grammes.

Le sel de l’Himalaya ne contient pas d’iode. Toutefois, la plupart des francaisne consomment pas assez d’iode, de sorte que le sel iodé est l’option la plus saine pour beaucoup.

L’utilisation du sel de l’Himalaya comme sel de bain ne pose aucun problème pour les personnes en bonne santé.Une différence vraiment significative entre le sel de table conventionnel et le sel de l’Himalaya réside dans les voies de transport.
Une analyse réalisée par Stiftung Warentest a montré que la teneur en chlorure de sodium du sel de l’Himalaya varie entre 97 et 99 %. Sa composition est donc très similaire à celle du sel de table classique, dont la teneur en chlorure de sodium est d’environ 98 %.

La seule différence avec le sel de table conventionnel identifiée par l’Office d’État bavarois pour la santé et la sécurité alimentaire est un spectre un peu plus large de minéraux. Cependant, au lieu des 84 promis, le bureau n’a trouvé que 8 autres minéraux en plus du sodium et du chlorure – et la plupart d’entre eux seulement à des traces minimes. Par rapport au sel “normal”, le sel de l’Himalaya contient un peu plus de composés de fer, qui sont à l’origine de la teinte légèrement rosée. Des algues microscopiques peuvent également contribuer à la coloration.

À l’exception du sodium et du chlorure, les besoins quotidiens en minéraux ne sont en aucun cas couverts par ce sel. Contrairement au sel de table iodé, le sel de l’Himalaya ne contribue pas non plus à l’apport en iode.

Dans certains livres de conseils, il est recommandé de boire du sel de l’Himalaya le matin sous forme de saumure (sel dissous dans l’eau). Ceci est censé équilibrer l’équilibre acide-base du corps. Mais l’organisme régule cela de lui-même. Le conseil d’utiliser la saumure pour faire baisser une pression artérielle élevée est très discutable d’un point de vue sanitaire, car elle peut non seulement perturber le métabolisme et l’équilibre hydrique, mais aussi mettre à rude épreuve les reins. Au contraire, le sel supplémentaire peut augmenter encore plus la pression sanguine chez les personnes sensibles.

Il est recommandé de ne pas consommer plus de six grammes de sel par jour provenant des aliments et du sel de table pour l’assaisonnement. Comme cette quantité est de toute façon souvent dépassée, la consommation supplémentaire de sel de l’Himalaya n’est pas conseillée.